Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du portugais à Châtillon
  • Le blog du portugais à Châtillon
  • : Petit support amusant des cours de portugais tout aussi amusants de l'association Franco-portugaise de Châtillon Malakoff - Apontamentos
  • Contact

Recherche

Catégories Des Articles

3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 23:17

Ola!

Voici le texte à traduire !

=> réponse la semaine prochaine ??

Bon courage !!

Les 10 phrases à ne jamais prononcer face à un recruteur

Le stress de l’entretien ou l’envie de trop bien faire peut parfois vous conduire à bredouiller des phrases un peu maladroites. Mais attention certains de ses mots font fuir les recruteurs et peuvent freiner la meilleure des candidatures.

 

1- « Salut, j’viens pour l’embauche. »

Pour Gérard Du Bouays, en charge du recrutement aux établissements Parrot, les familiarités n’ont pas leur place dans un processus de recrutement. « L’entretien commence dès le premier contact, que ce soit au téléphone ou dans l’enceinte de la société. Soyez poli, présentez-vous et prenez le soin de vous excuser si vous avez du retard. »

 

Soignez votre introduction en sachant que de nombreux recruteurs demandent à leurs assistants comment s’est présenté le candidat.

 

2- « Hé Paulo, on s’voit ce soir ? »

Dans la salle d’attente, n’oubliez pas que l’entreprise à des yeux partout. Peut-être croiserez-vous le directeur général sans le savoir. Évitez par exemple de téléphoner à un ami et de rire aux éclats. Votre professionnalisme en prendrait un coup.

 

3- «  Je suis la personne qu’il vous faut ! J’ai toutes les compétences requises. »

Cette affirmation exaspère les recruteurs. « Elle traduit une grande prétention de la part du candidat et un manque de remise en cause », commente Gérard Du Bouays. « Comment peut-il savoir quels sont les profils recherchés ? Ça revient à expliquer au recruteur comment faire son travail. C’est arrogant. »

 

4- « Je vous avoue que je ne connais pas bien l’entreprise. »

Pour tous les recruteurs, cet aveu est rédhibitoire. « Cela montre un cruel manque de curiosité et donc de motivationSurtout que les candidats n’ont plus d’excuses depuis l’explosion des nouvelles technologies. L’essentiel des informations est disponible via Internet et les moteurs de recherche », rappelle Nicolas Tertrais, consultant associé dans le cabinet de conseils Advisia RH.

 

5- « Je ne m’entendais pas avec mon ancien employeur. »

Les anciennes relations professionnelles intéressent forcément votre employeur potentiel. Mais dans la mesure du possible, évitez de mentionner les mauvaises expériences, sauf si votre interlocuteur vous pose directement la question.

Dans ce cas, prenez garde de ne pas dénigrer vos anciens collègues et contentez-vous de présenter les faits sans porter de jugement de valeur.

 

6- « Ça me fait penser à ma grand-mère qui… »

La digression n’est pas vraiment recherchée par les recruteurs. « Un candidat qui sort du champ professionnel, ça surprend », commente Nicolas Tertrais. « S’il ne reste pas professionnel en entretien de recrutement, qu’adviendra-t-il avec les clients ? » D’une manière générale, la vie privée est souvent un terrain glissant. À éviter.

 

7- « Je sais ce que je vaux et la rémunération proposée est trop faible comparée à mes compétences. »

Peut-être, mais encore faut-il avoir la légitimité d’avancer une telle exigence. « Dans 99 % des cas, ce n’est pas vrai. Le candidat devra alors justifier ses prétentions salariales sans tomber dans l’arrogance. C’est un exercice de style assez délicat », rappelle Nicolas Tertrais.

 

8- « Qu’en est-il des congés payés, RTT, etc ? »

« S’intéresser aux avantages sociaux, aux vacances ou à la syndicalisation n’a pas sa place dans un premier entretien », avance le recruteur du groupe Parrot. « Ça montre les motivations premières du candidat. On peut alors douter de son engagement envers l’entreprise. »

 

9- « Non, je n’ai pas de questions. »

Impossible. « Il faut toujours avoir une question à poser », préconise Nicolas Tertrais. « Sinon, vous témoignez d’un manque de curiosité et donc d’implication. » Rien de tel qu’une petite recherche sur l’entreprise au préalable.

Et sachez qu’il est toujours bien vu de terminer un entretien en demandant quelle est la procédure à suivre ensuite. « J’attends de vos nouvelles ou c’est à moi de vous rappeler ? » aura le mérite de prouver votre motivation et votre professionnalisme.

 

10- « Je suis très convoité donc merci de me donner une réponse rapide. »

C’est une démarche que seuls quelques profils peuvent se permettre d’avoir, comme certains commerciaux spécialisés par exemple. D’autres métiers, très demandés, ont la chance de pouvoir choisir entre plusieurs propositions de recrutement.

Mais dans la très grande majorité des cas, cette arrogance agacera le recruteur avant tout. « Il y a deux approches à ne pas confondre dans un entretien de recrutement : se vendre, oui mais se vanter, ça ne passe pas », conclut le consultant d’Advesia RH.

 

Sylvain Luneau © Keljob – Mars 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by portugais.over-blog.fr - dans Exercícios
commenter cet article

commentaires